Apprendre aux élèves à débattre : outils, enjeux, repères

Objectifs :

Présenter deux pratiques qui soutiennent l’ambition de développer la pratique du débat avec les élèves
vous donner des repères afin de vous aider à mettre en place une INSTANCE DE DÉCISION : le Conseil d’élèves et organiser des DISCUSSIONS PHILO

Le Conseil d’élèves : Une instance de débat et de décision

Constat n°1

- Les problèmes de VIE SCOLAIRE des élèves figurent au premier rang de leurs préoccupations : relations entre élèves (liens, jeux, conflits, etc.), hygiène (cantine et toilettes), alimentation (goûter, cantine) etc.…
- Les adultes de l’école ne permettent pas suffisamment aux élèves d’EXPRIMER et de DÉBATTRE des problèmes de VIE qui les intéressent.)]

Constat n°2

Les sociologues observent un déclin des valeurs et de la morale au sein des institutions

  • Une valeur est ce qui est paraît important dans l’esprit d’une personne,
  • ce qui lui semble une priorité, « ce qui vaut la peine », ce qui mérité le sacrifice,
  • ce pour quoi elle est « prête à se battre » et à consacrer du temps, de l’énergie. (O. Reboul) Or les valeurs et la morale ne sont plus partagées. Elles se construisent, de manières différenciées, au sein de petits groupes sociaux.)]

Constat n°3

Réussir à bien vivre ensemble suppose un ancrage sur des valeurs de PAIX et de CITOYENNETE : respect, solidarité, dialogue, acceptation de l’autre, etc.
Plus que jamais, l’évolution de notre société et la protection de la planète vont dépendre du développement du SENS DE l’INTERÊT GÉNÉRAL

Les valeurs s’acquièrent :

  • en éprouvant et en analysant les conséquences d’actes et de décisions personnels et collectifs (démocratiques)
  • sous l’influence d’adultes qui les incarnent, les affirment et les explicitent (> éducation et didactique)
  • par l’expression langagière : la confrontation des points de vue et des arguments qui les sous-tendent (> débat))]

Qu’est-ce que le Conseil d’élèves ?

  • Une disposition spatiale qui facilite le débat
  • Un enjeu pour l’exercice de la démocratie
  • Une rupture rituelle et motivante
  • Un ordre du jour qui s’appuie sur les besoins des élèves préparé par « le bureau du Conseil » juste avant la réunion du Conseil d’élèves qui associe :
    • la résolution des problèmes de vie scolaire
    • l’élaboration de projets

Les modalités relationnelles privilégiées par les enseignants lors des réunions du Conseil
Un élève préside les réunions du Conseil d’élèves

  • Il est nommé ou élu
  • Il distribue la parole et veille à la démocratie
  • Il est aidé par un autre élève et par l’enseignant

Le rôle de l’enseignant ?
Sur le plan de la communication :

  • former les élèves au débat démocratique
  • Contribuer au développement des compétences langagières (vocabulaire, syntaxe, etc.) Sur le plan du contenu des débats :
  • il demeure le garant du respect des droits de l’enfant
  • il contribue à mettre en perspectives plusieurs approches d’un problème et enrichit le débat
  • il anticipe les risques de dérives (dénonciation, stigmatisation, etc.)

Face aux dénonciations du début…

  • Inviter les élèves à essayer de distinguer les problèmes graves ,qui méritent d’être traités en conseil, de ceux anodins 
  • Former le président à la médiation : éclaircissement des faits, questionnement, reformulation, recherche des causes et d’une solution consensuelle
  • Privilégier l’engagement de l’élève en tort (formulé oralement) avec feed-back au prochain conseil

Le Conseil d’élèves, un moment particulier EN RUPTURE - avec le fonctionnement habituel de la classe :

  • du point de vue de l’organisation : il favorise le débat DEMOCRATIQUE
  • du point du sujet étudié : il est hors du champ de l’acquisition de CONNAISSANCES
  • du point de vue des enjeux : ils ne sont pas scolaires : PAS D’EVALUATION
  • du point de vue de la communication : le CONTRAT DIDACTIQUE est différent
  • L’enseignant n’est plus le centre de la communication.
  • La parole de l’élève n’est plus soumise au feed-back de l’enseignant

Trois idées principales -dominent les propos des élèves :

  • Le Conseil permet de régler nous-mêmes nos problèmes 
  • Il nous apprend à mieux nous exprimer 
  • On peut proposer des idées de projets et les organiser nous-mêmes

Le débat philo
un espace pour apprendre à penser par soi-même

Constats

  • Les enfants sont très tôt animés par des QUESTIONS EXISTENTIELLES
  • Déficit de l’école sur les grands problèmes de la vie

De même à l’école, on prive l’enfant d’une CULTURE DU QUESTIONNEMENT et on condamne l’école à UNE CULTURE DE LA REPONSE.
Dans de nombreuses familles mais aussi dans de nombreuses classes, on ne demande pas suffisamment LEUR OPINION AUX ENFANTS
L’école ET la famille ne permettent pas suffisamment à l’enfant de faire l’expérience de sa propre pensée, autrement que dictée par l’adulte et de développer son esprit critique. 

Un débat philo, qu’est-ce que c’est ?
C’est un moment spécifique de discussion et de réflexion des ELEVES ENTRE EUX au sujet d’une question, d’une notion ou d’un thème universel à partir ou non :

  • d’un support (film, récit, lecture, évènement) qui pose une situation- problème
  • d’un thème qui pose question (la mort)
  • d’un dilemme (doit-on dénoncer un ami ?)
  • d’une question ouverte (qu’est-ce que le bonheur ?)
  • d’une notion un peu abstraite (la responsabilité) ou d’une hypothèse (nous ne sommes pas vraiment libres dans la vie) avec ou sans l’aide du maître au sein d’un DISPOSITIF qui favorise les échanges démocratiques.

Que signifie PHILOSOPHER à l’école ?

  • Rechercher, étudier COMMENT PENSER de manière cohérente problématiser, argumenter et conceptualiser S’interroger sur des questions de NATURE EXISTENTIELLE posées à la condition humaine, des questions en cela UNIVERSELLES S’interroger sur les FINALITES DE L’ACTION HUMAINE
  • une réflexion sur les valeurs et les normes culturelles
  • la référence au droit, à l’éthique et à la morale
  • Réflexion sur l’Homme, le monde, « le vivre ensemble » et la pensée 
  • leurs finalités, leurs enjeux

C’est une réflexion transdisciplinaire qui ne s’appuie pas nécessairement sur des savoirs disciplinaires

EXEMPLES => Partir d’un dilemme moral

  • Paul est témoin du vol en classe du portefeuille de Luc par son meilleur ami Sylvain. Que doit faire Paul ? Dénoncer son ami Sylvain… ou non ?
  • Des racketteurs ordonnent à Laurent de voler dans un supermarché. S’il ne le fait pas, il est menacé d’être tabassé et de subir des représailles. Que doit faire Laurent ? Obéir… ou non ?
  • Karine est la meilleure amie de Laura. Laura lui confie qu’elle va fuguer parce qu’elle ne supporte plus les disputes de ses parents. Elle lui demande de garder le secret. Que peut faire Karine ?

Les rôles de l’enseignant, sa posture

  • RAPPELER les règles du débat
  • S’APPUYER sur un support et en sortir…
  • AIDER A METTRE A JOUR à partir du support les questions qu’il pose
  • RESPECTER l’enfant dans ses convictions tout en favorisant les évolutions de celles-ci
  • ACCUEILLIR généreusement et ouvertement ce qui se dit
  • FAVORISER l’intercompréhension et permettre la progression
  • AMENER les élèves à aller au delà de la juxtaposition des pensées et des opinions personnelles.
  • IDENTIFIER « ce qui fait signe » et témoigne d’une pensée réflexive
  • FAVORISER l’effort d’intercompréhension entre les participants
  • EVITER les questions fermées n’ouvrant que sur oui ou non
  • PROVOQUER les conflits sociocognitifs, éviter les conflits socioaffectifs
  • GUIDER les élèves afin de ne pas rester dans des récits anecdotiques
  • Les AIDER à passer d’un langage d’évocation à un langage d’argumentation
  • AIDER à tenir compte du discours d’autrui
  • INVITER à préciser une penser, à définir un mot, à opérer des distinctions, à argumenter
  • APPRÉCIER le degré d’avancement de la réflexion en cours et juger si on peut ou non aller plus loin.

Les critères d’évaluation des compétences développées lors des discussions philo

  • les traces de problématisation, de conceptualisation et d’argumentation
  • le degré de dialogisme
  • les concessions
  • le questionnement des autres
  • le besoin de comprendre certaines notions
  • le regard décroché à l’horizon
  • la manière d’habiter et de vivre son discours et sa pensée
  • le besoin de distinguer l’usage et le sens des mots
  • le besoin d’expliciter pourquoi ils pensent ce qu’ils pensent
  • la capacité à contredire, à faire des objections dans un rapport de sens, un rapport à la vérité et non un rapport de force
  • le nombre d’interactions entre élèves

L’atelier philo est un moment motivant, car EN RUPTURE avec le fonctionnement de classe habituel

  • du point du sujet étudié : il est hors du champ de l’acquisition de CONNAISSANCES
  • du point de vue des enjeux : ils ne sont pas scolaires PAS D’ÉVALUATION
  • du point de vue de l’organisation : favorise le débat DÉMOCRATIQUE
  • du point de vue de la communication : CONTRAT DIDACTIQUE différent