Personnel résident en recrutement différé

DEC 2018
Nous avons relevé 2 points à clarifier suite à certaines revendications :

- Quand un résident est nouvellement recruté dans une Ecole, celle-ci doit prendre en charge ce futur résident pendant 3 mois. Quelle est votre politique à ce sujet ? Doit-il bénéficier des avantages octroyés aux CL tels que le rabattement sur les frais de scolarité (même au pro-rata), prime d’installation, autres... pendant ces 3 mois ? Comment justifie l’AEFE cette prise en charge qui reste une charge conséquente pour l’Ecole ?

- Il semblerait que les résidents touchent un certain nombre de primes tel que : l’heure de première chaire, l’heure de laboratoire, l’heure de coordinateur, PP etc...? correction de copies...? Combien d’heures ’supplémentaires’ ont-ils non inclus dans leur salaire ? J’en découvre tous les jours ! A-t-on une liste claire de ces heures ? Est-ce que vous appliquez la même chose pour vos CL ? et sur quelle base ? Quelle est votre politique ?
Notre futur résident par exemple réclame ces heures qu’il n’a pas touché par l’AEFE pd ces 3 mois. Cela reviendrait à bénéficier des avantages des CL et des résidents pd ces 3 mois ?

Les 3 mois de contrat local pour un résident arrivant de France ou de l’étranger sont une fiction administrative pour rester cohérent avec le décret 2002-22 créé, en son temps, pour donner un statut aux enseignants vivant dans le pays hôte/personnels expatriés.
Nous avons fait un sondage il y a quelques années : La moitié des organismes gestionnaires les salarient comme des PDL (personnels de droit local), l’autre moitié comme les résidents qu’ils deviendront 3 mois plus tard.
L’AEFE semble pointer dans ce sens. Voir instruction récente ci-jointe, page. 13 (Les établissements reçoivent un courrier formel fin août les invitant à verser des acomptes mensuels pour service fait aux agents nouvellement nommés en attendant la prise en charge effective de l’agent).

Les organismes gestionnaires sont décisionnaires. Ce sont les employeurs effectifs pendant ces 3 mois sur la base du droit du travail local.

Isabelle (Bureau)