Le bénévolat

la validation des acquis de l’expérience

L’accompagnement à distance, un outil clé

La VAE est une démarche individuelle mais pas solitaire. Si l’accompagnement n’est pas obligatoire, ni un gage de réussite, il y contribue largement. Les expatriés intéressés peuvent envoyer un CV détaillé (incluant les périodes de stage et de bénévolat) via la page contact du DAVA de Versailles.http://www.e-vae.com/ Ils recevront une réponse personnalisée et seront guidés à travers l’ensemble des étapes du dispositif.

Le plus gros du travail est la constitution d’un « dossier d’expérience », en vue de la soutenance face au jury. Il s’agit de mettre en mots dans une « mini thèse » les compétences acquises par l’expérience et de les compléter par des recherches théoriques. « Comme nous connaissons bien les référentiels du titre visé et ce qui est attendu par le jury, nous prenons le temps d’aider les candidats sur la logique et la formulation. Ce travail d’introspection est un bon moyen pour préparer l’oral, car les personnes apprennent à expliquer et défendre leur projet », nous dit Mme Papion. Le passage devant le jury (dont la réalisation à distance n’est pas encore généralisée) conditionne la validation du diplôme présenté.

L’accompagnement à distance se fait sur plusieurs sessions : 24h au total, pour un coût moyen de 1.500 euros. Depuis la demande de recevabilité jusqu’au jury, le processus dans son ensemble dure entre 9 et 16 mois.
https://lepetitjournal.com/expat-em...