L’action de la FAPEE en temps de pandémie

L’action de la FAPEE en temps de pandémie

Rapport d’activité de la FAPEE dans la crise sanitaire COVID 19 (fév.- mars 2020 - …)

La FAPEE a mené ses actions auprès des pouvoirs publics, de l’AEFE et la Mission Laïque, et soutenu ses APE et les familles qu’elles représentent.

Deux objectifs :
- Obtenir une aide aux familles et établissements en difficulté

  • Améliorer la qualité de l’enseignement à distance

=> Son bureau s’est réuni en visio tous les mardis et vendredis pour faire des points réguliers sur l’actualité et les actions à prioriser.

=> 3 conseils d’administration se sont en tenus en visio le 24 mars, le 8 mai et le 5 juin.

Actions auprès des pouvoirs publics, AEFE et Mission Laïque

=> Nous nous sommes très vite mobilisés pour obtenir de la DFAE (Direction des Français à l’étranger) une aide d’urgence aux familles de Chine et du Vietnam via une procédure de recours gracieux à l’aide à la scolarité prenant en compte les difficultés de l’année en cours. Nous avons dans de nombreux échanges avec l’AEFE demandé que cette procédure soit étendue à l’ensemble des familles du réseau (familles françaises et étrangères).

=> Cette demande a été réitérée dans notre déclaration liminaire au CA de l’AEFE du 12 mars (Lire) où nous avons aussi alerté sur l’aide aux organismes gestionnaires les plus fragiles impactés par la crise.

=> Depuis février, nous avons eu plusieurs visioconférences avec le directeur de l’AEFE et Vassiliki Driancourt, cheffe du service pédagogique (13, 21, 27 février, 27 mars, 7 mai, 18 mai) sur la communication de l’AEFE sur l’aide aux établissements et aux familles, tant françaises qu’étrangères et l’Enseignement à distance : outils, qualité, « liberté pédagogique », questionnaires de satisfaction des élèves et des familles, examens de la session 2020.

=>Dans notre Courrier aux ministres (MEAE- MENJ- Lemoyne) pour les familles et les établissements du réseau 25/03/2020 (Lire) nous avons demandé :

  • « des engagements forts et adaptés à chaque établissement afin de faire face au risque de défaut de paiement et de défection de familles ne pouvant plus assumer le coût d’une scolarité ou estimant la continuité pédagogique insuffisante au regard des écolages demandés, particulièrement en maternelle ;
  • Le versement d’une aide d’urgence à l’AEFE qui serait redistribuée aux établissements leur permettant ainsi de faire face aux difficultés conjoncturelles et de proposer des aménagements financiers pour toutes les familles ;
  • L’augmentation de l’enveloppe consacrée aux bourses scolaires afin de pouvoir faire face aux recours gracieux des familles en difficultés ;
  • Le report immédiat du paiement des cotisations sociales et patronales de l’AEFE pour l’ensemble de ses personnels, qui permettra de prendre des mesures fortes d’allègement des charges des établissements ;
  • Le report du plan de développement de l’EFE afin de pouvoir concentrer les moyens et ressources sur la survie du réseau actuel et permettre la mise en place d’un plan de sortie de crise pour en limiter au maximum les conséquences économiques. »

=> Nous avons mené auprès des parents et des établissements une CAMPAGNE D’ALERTE dans la Lettre ouverte à Olivier Brochet (Lire) signée par plus de 15 000 familles (6 avril 2020) pour :

  • Assurer un pilotage fort de la continuité pédagogique. La continuité pédagogique est aujourd’hui trop hétérogène et souffre, malgré l’implication des équipes de direction et d’enseignants que nous saluons pour sa mise en œuvre complexe, d’une image globale trop contrastée.
  • Veiller à la tenue de Conseils d’établissements extraordinaires, « instance compétente pour tout ce qui concerne les questions pédagogiques et éducatives et réunissant les élus de la communauté scolaire afin que toutes les décisions soient discutées. La communication et la transparence totale sont essentielles pour que les familles gardent confiance ! »
  • Accompagner les établissements dans la mise en place de mesures de baisse des charges.
  • Augmenter l’enveloppe des bourses et étendre la procédure de recours gracieux extraordinaire à l’ensemble des pays du réseau,
  • Répercuter sur les établissements l’aide d’urgence sous forme de mesures fortes et indispensables qui permettront d’alléger les charges de l’ensemble des familles selon les impératifs du contexte local.
  • Le report partiel ou total de la PRR pour les EGD et établissements conventionnés ;
  • La création de fonds de solidarité à l’attention de toutes les familles.
  • La mise en place de comité de gestion et de suivi de crise dans chaque établissement « afin de mettre en œuvre les mesures ad-hoc nécessaires à court terme puis d’analyser dans le détail les conséquences à moyen terme de cette crise et les mesures additionnelles qu’il conviendra d’adopter.

=> Notre président a participé à plusieurs réunions organisées par Jean-Baptiste Lemoyne et y associant les parlementaires et les directions de l’AEFE et de la MLF pour définir le plan d’urgence prévu par le gouvernement.

=> En tant qu’administrateur de l’AEFE nous avons refusé de siéger sans échanges au CA extraordinaire prévu initialement le 26 mai et suite à notre demande reporté au 28 mai dont une des 2 délibérations initiales concernait « un soutien immédiat, en tant que de besoin, de la trésorerie des établissements du réseau grâce à l’avance dans la limite de 100 millions qui sera consentie à l’AEFE via l’Agence France Trésor l’autorisant à verser des avances aux établissements homologués qui feraient face à des difficultés de trésorerie.

=> Nous avons soumis à l’AEFE nos questions diverses (Lire)
Nous avons participé au vote en ligne et informé nos APE membres de notre position circonstanciée sur le dispositif exceptionnel d’avance de trésorerie au bénéfice des établissements d’enseignement français adopté le 28 mai par le conseil d’administration de l’AEFE.
« La FAPEE a exprimé sa satisfaction mais a toutefois tenu à rappeler que le dispositif d’avance de trésorerie ne saurait en aucun cas être une solution comme mesure d’aides aux familles étrangères en difficultés ou comme mesure devant permettre aux établissements à but non lucratif d’adopter une politique commerciale attractive pour la rentrée. Ces deux types de mesures doivent être financés par l’aide budgétaire à laquelle le ministre JY Le Drian a fait allusion en audition et ce, quel que soit le type d’établissements (EGD, conventionné et partenaire), de façon équitable et transparente. »
Lire la note de la présidente du conseil d’administration de l’AEFE en introduction du CA en audioconférence du 26 mai (vote clos le 28 mai) et le compte-rendu des positions et négociations menées par le président de la FAPEE pour le compte des familles du réseau ont fait l’objet d’un message aux membres de la fédération.

=> Courrier envoyé à Olivier Brochet, directeur de l‘AEFE, concernant la procédure exceptionnelle de recours gracieux mise en place pour le 3eme trimestre de l’année en cours, en réponse à la crise Covid19. Nous y demandons que pour cette période et au vu du caractère ponctuel et exceptionnel de cette aide, les plafonds immobilier et mobilier non liquides soient levés, ainsi que le plafonnement des bourses dans les établissements concernés (4/06/2020)

=> Participations à des groupes de travail et Facebook live de parlementaires des Français de l’étranger

  • Groupe de travail sur l’EFE- Commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale (Frédéric Petit, 16 avril 2020)
  • Groupe de travail « Action culturelle extérieure de l’État » de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication du sénat (synthèse) du 25 mai 2020
  • Facebook lives de la députée Samantha Cazebonne, participation de François Normant (25 avril, 11, 21 mai)

=> Plusieurs articles (Petit Journal : 12/05 (Interview de Virginie Royer) ; Figaro 9/05 (interview de François Normant) ; Français de l’Etranger 10/05 Interview de François Normant)

Actions auprès des associations

=> La FAPEE a réuni les 6 et 7 février à l’International French School (Singapore) les représentants d’organismes gestionnaires d’Asie, tant en présentiel qu’en visio (notamment en raison des mesures sanitaires préventives mises en place en Chine continentale) avec l’appui des directions pédagogique et exécutive du lycée et à l’initiative de Corrine Petit, secrétaire générale du COMEX et vice-présidente de la FAPEE.
Un atelier de travail était consacré à la continuité de l’activité pédagogique en période de crise sanitaire avec les présentations de l’International French School (Singapore) et du Lycée Français de Shanghai (Anne-Sophie Gouix, proviseure ; David Péchoux, Directeur Exécutif ; Camille Garnier, secrétaire du comité de gestion (en Visio)

=> Nous avons répondu à tous les courriers, appels des APE, participé à la rédaction de leurs lettres à l’AEFE ou à la MLF.
=> Nous avons tenu des visioconférences individuelles avec nos APE (Barcelone, Rome, Mascate, Le Caire, Sofia, Nairobi, Dubaï, Le Caire, Malaga, Bogota …) et organisé des visios de groupes, par zone et par statuts d’établissements gestionnaires et non gestionnaires (Asie-Moyen Orient, Maghreb, Europe, Amérique, Afrique, Maroc (1-3 avril, 18-19 et 22 mai) et de nombreux appels skype/whatsapp.

=> Les établissements d’Espagne réunis au sein de la FAPALFE ont tenu des visios hebdomadaires dès le jeudi 26 mars.

Echanges / Bonnes pratiques

=> Nos e-groupes ont permis de partager les retours d’expérience sur la situation des parents, les dispositifs d’enseignement à distance (EAD)
« Il y a une grande disparité dans le travail des enseignants. Certains très affutés qui utilisent les outils multimédia et d’autres aux abonnés absents.
Combien de temps l’enseignement à distance peut-il tenir ? Quels moyens supplémentaire l’AEFE va t-elle donner aux EGD pour permettre le rattrapage, notamment en français, pour les élèves ’déconnectés’ du système et les plus en difficulté ? Et cela, sans attendre une reprise de l’enseignement en présentiel ? » (Xavier Depouilly, Hanoï 9 mars).

=> Nous avons beaucoup mobilisé sur les commissions d’établissement d’aide aux familles étrangères
=> Nous avons fait circuler des questionnaires de satisfaction sur l’enseignement à distance (EAD) (Madrid, Bruxelles, Le Caire, …),
=> fait connaître les dispositifs d’organisation des enseignements à distance (Lycée des Mascareignes) les mieux disants et les différents plans de réouverture d’établissements efficaces.