Actualités

3 décembre 2020

Dans l’adversité, l’APL déterminée

Gala Virtuel Charity à Londres

Dans l'adversité, l'APL déterminée

LFCG Families Charity Fund, charity gérée par des parents bénévoles, dont des anciennes présidentes de l’association de parents d’élèves, et l’APL du lycée Charles de Gaulle à Londres font une intense campagne de fundraising tous les ans pour soutenir la scolarisation d’élèves du lycée. Cette campagne se clôt toujours par un grand diner de gala au cours duquel sont organisées des enchères. Lockdown/confinement oblige, l’APL et la charity ont décidé d’organiser leur premier gala online mardi 1er décembre.
"C’était un gros challenge pour nous, et beaucoup de stress, mais les demandes d’aides des familles en difficulté financière ont été multipliées par 2 ces derniers mois, donc nous devions nous jeter à l’eau !
Plus de 60 lots ont été offerts aux enchères par de généreux donateurs d’entreprises et pour que tout le monde puisse participer, une loterie permettait de gagner les maillot et crampons signés d’Olivier Giroud !"

Le gala virtuel s’est superbement déroulé mardi 1er décembre, veille du déconfinement de la Grande Bretagne. Près de £90.000 ont été levées.
BRAVO majuscule à cette très belle équipe de parents !!

24 novembre 2020

Eléments sur le bac 2021 dans l’attente d’informations du MENJS

Direction de l’enseignement, de l’orientation et de la formation

L’AEFE n’a pas attendu les récentes annonces du ministre de l’Education nationale, de la jeunesse et des sports pour interroger les modalités prévisionnelles d’examen de la session 2021, au regard des situations prévisionnelles des établissements d’enseignement français à l’étranger. Considérant que l’enseignement présentiel ne pourrait pas être assuré partout, qu’une alternance entre présentiel et distanciel était susceptible de se rencontrer en de nombreuses zones du réseau d’EFE, et que certains établissements risquaient de faire l’année scolaire complète en EAD, l’AEFE a interrogé la DGESCO par courrier du 20/10/2020 sur :

  • la possibilité de tenir compte des notes de contrôle continu quelles que soient les modalités d’enseignement qui prévalent localement (i.e. : notes attribuées dans le cadre d’un enseignement présentiel comme distanciel) ;
  • la possibilité d’aménager les sujets des épreuves de spécialité de terminale, programmées au mois de mars 2021 ;
  • la nécessité de réfléchir rapidement aux modalités alternatives d’examen dans l’hypothèse où des établissements seraient fermés sur ordre des autorités locales au moment des épreuves.
    L’AEFE a donc accueilli avec une certaine satisfaction les annonces ministérielles du 5 novembre 2020, relatives à l’annulation des évaluations communes en 2020-2021 et à l’aménagement des sujets d’EC du mois de mars 2021, dont elle s’est fait officiellement confirmer l’applicabilité à l’EFE.
    En parallèle de ces annonces, l’AEFE a organisé le 3 novembre 2020 une réunion de toutes les académies de rattachement des centres d’examens à l’étranger, afin de poser avec ces dernières les bases organisationnelles de la session à venir (outils de dématérialisation, information sur les contextes sanitaires…).

Enfin, l’AEFE est partie prenante des réunions organisées par la DGESCO à destination des divisions des examens et concours, en prévision de la session 2021.
Entre l’évolution imprévisible des situations sanitaires nationales et les propres interrogations du MENJS pour le territoire français, il est normal que de nombreuses questions et hypothèses restent à cette heure sans réponse, telles les modalités d’harmonisation des notes de contrôle continu qui seront substituées aux évaluations communes de 1ère et de terminale, ou encore la possibilité de recourir au contrôle continu en remplacement des évaluations ponctuelles terminales en cas de force majeure.
L’AEFE entend bien, ainsi qu’elle l’a fait l’an passé, accompagner et éclairer autant que possible la prise de décision du MENJS, étant rappelé que l’Agence n’a pas de compétence en matière d’examens.
En parallèle, l’Agence travaille sur de nouvelles préconisations visant à encadrer et sécuriser les modalités d’évaluation à distance, particulièrement dans les classes à examen, et avec une attention spécifique sur les notes de langues vivantes. Il est en effet rappelé que dans le seul cas où le MENJS a admis le recours aux notes d’EAD (situation des pays confinés de la zone AmlaSud, en prévision du bac de décembre 2020, par arrêtés des 8 et 25 septembre 2020), celui-ci a été placé sous la responsabilité des équipes pédagogiques en concertation avec l’AEFE (cf. notes de service afférentes à cette session).
A titre de bilan de la session 2020, il convient enfin de préciser que 99% des élèves de l’EFE ont obtenu leur bac à la session de juin 2020 (+1,8 point par rapport à la session 2019), dont 85,7 % avec mention (+9 points/2019). En particulier, l’EFE peut s’enorgueillir de 32,9 % de mentions TB (+6,2 pts/2019) et de 27,3 % de mentions B (+2,2 points/2019). On voit à travers ces quelques données que les modalités exceptionnelles de la session 2020 n’ont pas porté préjudice aux élèves de l’enseignement français à l’étranger.
CA AEFE 24 novembre 2020

24 novembre 2020

CA AEFE - 24 nov 2020

Déclaration liminaire de la FAPEE

CA AEFE - 24 nov 2020

Déclaration FAPEE CA AEFE 24 nov 2020

PDF – 169.3 ko

22 octobre 2020

Hommage commun

Contre tous les obscurantismes, l’hommage conjoint de la communauté de l’EFE

Hommage commun

Communiqué conjoint S. Paty

PDF – 550.5 ko

version en espagnol

18 octobre 2020

Choisir l’école maternelle française internationale

Souvent considérée comme une spécificité française, elle est expliquée aux parents, francophones et non francophones, qui pourraient faire le choix de l’école française dans le monde.
Cette plaquette élaborée avec les personnels et les parents, exprime la vision de la FAPEE sur le développement de l’enfant dans ses premiers apprentissages et sa sociabilité.
https://aefe.fr/sites/default/files/asset/file/aefe-plaquette-ecole-maternelle-bilingue-anglais-francais.pdf

Choisir l'école maternelle française internationale
15 octobre 2020

CA extraordinaire AEFE - 15 oct 2020

Déclaration liminaire de la FAPEE

CA extraordinaire AEFE - 15 oct 2020

Déclaration FAPEE CA AEFE 15 oct 2020

PDF – 175.7 ko

8 octobre 2020

Audition de la FAPEE - AFE oct. 2020

Audition de la FAPEE - AFE oct. 2020

La FAPEE a été auditionnée le 6 octobre dernier par la Commission de l’Enseignement, des Affaires culturelles de l’Audiovisuel extérieur et de la Francophonie de l’Assemblée des Français de l’étranger (AFE).
Lire notre déclaration :

Audition de la FAPEE - AFE oct. 2020

PDF – 193.3 ko

5 octobre 2020

Elections Conseils d’École et d’Établissement

Soutenez nos APE en votant !

"Cette année la participation des parents revêt une dimension très particulière. La pandémie et le confinement a marqué la vie scolaire de vos enfants et il en sera ainsi tout au long de l’année. Dans ce contexte, leur implication est plus que jamais nécessaire."

Elections Conseils d'École et d'Établissement

Les paroles exprimées par les parents de l’APE du lycée français de Valence sont fortes, sous tendues par un sens de la culture commune et une implication sans faille sans dégrader la relation utile avec la direction de l’établissement.
Lire la profession de foi de l’APE de Valencia

5 octobre 2020

Edito : Capacité d’adaptation et forte résilience

Cette année va nécessiter un dialogue constant entre parents élus et équipes de direction et une communication transparente pour expliquer les choix faits, en particulier pour l’enseignement à distance.

Edito : Capacité d'adaptation et forte résilience

Cette rentrée a été pour nous tous une rentrée hors norme : décalée dans le temps pour certains et selon des modalités spécifiques (présentiel avec respect d’un protocole sanitaire, hybride ou distanciel) pour tous et susceptibles de changer suivant l’évolution locale de la pandémie. Cela va demander des parents et des enseignants une importante capacité d’adaptation et une forte résilience.
Cette année va également nécessiter un dialogue constant entre parents élus et équipes de direction et une communication transparente pour expliquer les choix faits, en particulier pour l’enseignement à distance. Personne ne doit être dogmatique : ni les parents qui ne peuvent pas exiger que l’enseignement à distance se fasse selon le même emploi du temps qu’un enseignement présentiel car c’est une modalité à part entière, ni les enseignants qui ne peuvent pas invoquer la liberté pédagogique ou le droit à l’image pour refuser le recours à la visioconférence car cela fait partie intégrante de cette modalité.
Les parents élus devront également être consultés dans les EGD de l’AEFE lors de l’élaboration des budgets 2021 afin qu’ils puissent soumettre leurs observations et leurs propositions. C’est un engagement fort pris par le secrétaire d’Etat Jean-Baptiste Lemoyne le 3 octobre 2019 et il doit être suivi d’effet sans attendre la publication de la nouvelle circulaire sur les instances. Nous en avons eu la garantie de la direction de l’AEFE, et la MLF s’y est également montrée favorable, et nous verrons à sa mise en œuvre dans les établissements.
Comme à l’accoutumée, nous nous emploierons à vous soutenir dans vos actions sur le terrain tout en continuant à vous représenter auprès de la tutelle et dans les instances nationales. Nous allons d’ailleurs participer le 15 octobre à un conseil d’administration extraordinaire de l’AEFE lors duquel nous sera fait le bilan de la 1ere phrase du plan d’urgence et présenté sa 2e phase destinée à soutenir tous les établissements du réseau. Nous nous assurerons d’une répartition équitable et avec des retombées concrètes pour les familles.
Nous vous souhaitons à toutes et à tous une bonne campagne à l’occasion des élections aux conseil d’école et conseil d’établissement et bien entendu le plus grand nombre possible de sièges afin de faire entendre la parole constructive mais exigeante des APE affiliées à la FAPEE.
François Normant, président

3 octobre 2020

Commission nationale des bourses

Point du directeur de l’AEFE

Virginie Royer et Jean-Nicolas Pagnoux ont représenté les parents à la CNB repoussée à fin septembre en raison du report des dates des CCB1 dus à la mise en place du plan d’urgence, et des demandes exceptionnelles de recours gracieux.

Commission nationale des bourses

1. Les recours gracieux exceptionnels du 3 ème trimestre 2019/2020

Pour rappel, suite à la crise sanitaire, le Gouvernement a annoncé le 30 avril 2020 un plan de soutien comprenant trois volets dont un volet relatif aux mesures visant à augmenter l’aide aux familles françaises à hauteur de 50 M€ (programme 151).
+> possibilité de déposer un recours gracieux -art. 8 du règlement des bourses auprès du directeur de l’AEFE pour permettre le règlement du 2ème trimestre (Asie) et/ou le 3e trimestre 2019-2020 (tous pays rythme Nord), ou les 1er et 2e trimestres2020 (rythme Sud) ;
+>Possibilité de déposer une première demande de bourse ou demander la révision des quotités de bourse attribuées du fait des effets économiques de la crise COVID-19 dans l’année.
Cette aide a concerné deux types de familles : les familles déjà intégrées au dispositif des bourses scolaires et qui ont pu voir leur quotité annuelle réévaluée suite à l’augmentation de la quotité attribuée, et les nouvelles familles, non intégrées précédemment au dispositif.

Le montant total des recours gracieux accordés est de 1 537 152 € pour 2 085 boursiers :

  • 754 913,96 € au bénéfice de 1 331 élèves déjà boursiers 2019/2020.
  • 782 238,38€ pour 754 nouveaux boursiers.

Le nombre de nouvelles demandes a en effet été relativement faible rapporté à la population française scolarisée et aux familles déjà boursières (24 587). Par ailleurs, de nombreuses demandes correspondent à des révisions de quotité pour des bourses déjà obtenues, pour le seul 3ème trimestre. Enfin, un nombre important de dossiers ont été rejetés (42%), 1 018 dossiers sur 2 426 (42 %), soit 412 dossiers de déjà boursiers et 606 dossiers nouveaux boursiers.
Tous ces cas de rejet (hors barème mobilier, baisse de revenus non avérée certaines familles, frais de scolarité déjà payés, dossiers incomplets) ont été analysés compte tenu de leur impact :
 Les hors barème : Les instructions spécifiques précisaient que les revenus à prendre en compte étaient ceux des 12 derniers mois, (avril 2019-avril 2020) afin de tenir compte d’une baisse de revenus tout en conservant une certaine équité, il s’avère qu’en dépit de cette mesure avantageuse, de nombreuses familles dont les revenus les plaçaient largement hors barème avant la crise restaient hors barème revenus. On observe aussi des rejets pour Hors barème patrimoine mobilier, ni les postes consulaires, ni l’agence n’ont souhaité soutenir les familles dont le patrimoine mobilier leur permettaient de régler les frais de scolarité du 3ème trimestre. S’agissant du patrimoine immobilier, les postes et l’agence ont examiné les situations avec souplesse et bienveillance, acceptant la levée de l’exclusion pour les familles dont le seul patrimoine immobilier est leur résidence principale, et que la valeur acquise ne dépasse pas exagérément le plafond.
 Les dossiers incomplets ( constitue la majorité des rejets) beaucoup de familles se sont présentées dans les postes consulaires sans aucun justificatif, autre que des attestations sur l’honneur, sans produire ni justificatif de revenus, ni justificatif de perte ; Même si pour certaines familles la perte de revenus est fort plausible (restaurateurs, tourisme…) l’absence de tout justificatif n’a pas permis de calculer une quotité.
 La baisse de revenus non avérée certaines familles, insatisfaites des décisions prises en CCB ou en période de recours « classique » ont considéré ces aides exceptionnelles comme une occasion de former un « super recours » sans que leur situation ait évolué.
 Aides superflues : A l’instruction de la demande, le poste s’aperçoit que la famille, a réglé la totalité des frais de scolarité, ou est déjà boursière à 100% Ces aides exceptionnelles ont pour objectif d’éviter les impayés auprès des établissements et non pas de verser une somme d’argent directement aux familles. La FAPEE a, à plusieurs reprises contesté ce point car nous savons que dans les établissements où la demande de scolarisation est forte, de nombreuses familles ont emprunté pour assurer l’inscription de leurs enfants pour l’année 2020-21.

2. Bilan définitif de la campagne 2019 des pays du rythme sud* et 2019-20 pour les pays de rythme nord

le nombre de bénéficiaires d’une aide s’élève à 25 434 boursiers sur 120 890 élèves français, soit 21.03 % des élèves français scolarisés dans les établissements d’enseignement français à l’étranger et le montant des attributions à 103 658 047 € contre
101 001 705 € l’année précédente. Soit (+2.63 %)

3. Point sur l’exécution des campagnes en cours : 2020 pour les pays du rythme sud, 2020/2021 pour les pays du rythme nord

La dotation bourses scolaires ouverte dans le budget primitif 2020 de l’AEFE s’élève à 102M€, identique à l’an dernier. Une subvention exceptionnelle de 50 M € a été attribuée pour la crise sanitaire en avril dernier.
L’enveloppe spécifique de 350 000 € destinée à financer la prise en charge, au bénéfice des familles boursières des frais d’accompagnement en personnels (AESH) des élèves boursiers en situation de handicap, a été augmentée de 50 000 euros par rapport à l’an dernier. A ce stade, l’Agence comptabilise 106 ASESH et a autorisé l’accompagnement des élèves pour les cours en distanciel lorsque la situation le justifiait.
Les conseils consulaires ont pleinement joué leur rôle durant cette période inédite en essayant à l’aide des moyens de visioconférence mis à disposition de tenir les conseils consulaires le plus rigoureusement possible tout en tenant compte avec bienveillance des situations particulières en gardant la possibilité de procéder aux ajustements qui leur apparaissaient nécessaires.
Seuil d’exclusion : il a été demandé aux postes d’appliquer, dans ce contexte de crise sanitaire mondiale, une bienveillance dans l’examen des dossiers au cas par cas dans la mesure où le montant du bien dépassait raisonnablement le seuil fixé et ne concernait qu’une résidence principale de façon à ne pas pénaliser outre mesure les familles.
Tarifs scolaires : À ce jour, la moyenne annuelle des frais de scolarité (droit S) des pays du rythme sud pour la campagne 2020 s’établit à 5 185 € sur la base des taux de chancellerie au 16 mars 2019.
Pour les pays du rythme nord, au regard des tarifs 2020/2021 la moyenne des frais de scolarité s’élève à 6 074 € sur la base des taux de chancellerie au 16 septembre 2019.

La FAPEE a remercié le service de l’aide à la scolarité pour sa mobilisation tout au long du printemps et de l’été. Elle a demandé une reprise urgente du groupe de travail sur les bourses scolaires pour lequel elle a déjà fait de nombreuses propositions, en tenant compte de la situation économique dégradée des familles dans le contexte actuel.*

*Lire notre déclaration liminaire de cette CNB et celle de décembre 2019 où nous avons élaboré des pistes de travail.

|