Actualités

26 mars 2018

Bon anniversaire au lycée de Singapour !

Bon anniversaire au lycée de Singapour !

Le lycée français de Singapour a fêté joyeusement le weekend dernier son cinquantième anniversaire. C’est une très belle réussite, éducative et humaine avec des équipes performantes et des partenaires et parents magnifiquement dédiés !

En chiffres :

  • 2 campus et 3 écoles répartis sur 54 000m²
  • Près de 2 800 élèves représentant 60 nationalités
  • 100% de réussite au Bac en 2017 dont 90% de mentions
  • Plus de 60 activités extra-scolaires par semaine, près de 2 000 élèves inscrits sur l’année
  • Plus d’1 événement par jour et près de 30 visites de personnalités par an
  • Plus de 20 voyages scolaires organisés par an
  • 380 employés dont 71% de femmes
  • Près de 110 bus Woodlands qui amènent chaque jour les élèves en classe
  • Plus de 2 200 repas servis par jour par Sodexo

Sur la gouvernance : https://lfs.edu.sg/etablissement/la-gouvernance/le-mot-du-president

25 mars 2018

Parcoursup : L’AEFE gère la plateforme pour les établissements du réseau

Parcoursup : L'AEFE gère la plateforme pour les établissements du réseau

L’administration de la plateforme Parcoursup pour l’AEFE est assurée par le SORES. Dans ce cadre, le service a en charge le suivi des établissements du réseau et les accompagne pour l’ouverture et la gestion de cette plateforme. Le service répond aux questions des établissements, des élèves et de leurs familles via la messagerie de la plateforme. A la date du 19 mars, le service avait traité 1475 questions de candidats et 300 questions d’établissement sur la plateforme et répondu à un nombre sensiblement équivalent de questions envoyées par e-mails directement auprès du service et des conseillers.
Il a été décidé par le ministère que le numéro vert ne serait pas mis en place pour les établissements du réseau. Le SORES répond aux questions que les candidats adressent directement sur la plateforme Parcoursup via l’onglet « contact ».
Pour rappel, dans le cadre de la convention signée entre l’ONISEP et l’AEFE, un accès spécifique au service Mon Orientation en ligne (www.monorientationenligne.fr) a été développé. Il permet, par le biais d’une plateforme multimédia de répondre par téléphone, par courrier électronique et par conversation en
ligne (tchat) aux questions posées par les jeunes et leurs familles sur l’orientation.

22 mars 2018

L’AEFE : "On avance"

L’établissement public travaille avec ses tutelles, les ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères et de l’Education nationale à la réforme commandée par le président de la République et livrable à l’été.
C’est ce qui nous a été annoncé, notamment à l’assemblée des Français de l’étranger.
Parmi les missions de l’AEFE, la scolarisation des enfants français et la scolarisation d’enfants étrangers favorisant notre influence culturelle, sont des acquis qui ne seront pas remis en cause, tout comme la mixité sociale, grâce à l’aide à la scolarité..

Un des axes prioritaires de réflexion porte sur l’attractivité de notre système d’éducation dans un contexte très concurrentiel. Depuis le temps que la FAPEE l’évoque, nous sommes contents que l’administration réponde à la demande forte d’internationalisation exprimée par les familles. Ainsi, deux missions ont été lancées par le ministère de l’éducation nationale : une sur l’enseignement des langues dans l’EFE et l’autre sur la formation des formateurs pour répondre au défi de la formation et de la certification des personnels recrutés locaux. La mise en place de formations universitaires spécifiques au Maroc et au Liban, la création d’un ESPE (école du professorat) numérique et la transformation des 16 établissements mutualisateurs en « établissements de formation » à partir desquels opèrent les EMCP2 (personnels enseignants à mission de formation sur zone) sont autant de réponses proposées. Pour la demande d’internationalisation de l’enseignement français, la réforme du bac et sa transposition dans l’enseignement français à l’étranger permet opportunément de penser l’offre d’enseignement et notamment en langue, et la diversité des parcours. Ainsi, le très nouveau dispositif PARLE (Parcours adaptés et renforcés en langue étrangère) validé par la direction de la DGESCO qui permet d’enseigner jusqu’à 40% du programme en anglais et sur lequel nous attendons plus d’éclaircissements.

Réajustement sur le plan budgétaire et carte des emplois
Le retour à l’équilibre budgétaire des services centraux a conduit à de lourdes mesures d’économie, largement dénoncées par les parents, dont la suppression des postes (180/an sur 3 ans), l’augmentation de la participation financière complémentaire (de 6 à 9% des montants des écolages) et la diminution des subventions aux établissements.
Le secrétaire d’Etat, Jean-Baptiste Lemoyne, a cependant dit, devant l’assemblée des Français de l’étranger jeudi dernier, que la "logique du rabot sur les postes avait une limite". On attend de voir laquelle, d’autant que le redéploiement des postes de résidents de l’Europe reste d’actualité, dans une logique de plafond d’emploi public pour l’AEFE et de pénurie d’enseignants dans les académies en France .

La diversification des sources de financement : C’est le deuxième étage de la fusée AEFE. Le développement du réseau se fera avec des partenaires, associations de parents, investisseurs, et en diversifiant l’offre complémentaire d’éducation (autres établissements francophones, enseignement en français dans les établissements locaux - le label FrancEducation représente 200 établissements et déjà 100.000 élèves-, l’enseignement à distance). L’AEFE et ses consultants développent son offre d’expertise en ingénierie éducative et administrative, notamment par l’aide apportée aux partenaires et investisseurs privés dans l’ouverture d’un établissement ou l’obtention de l’homologation.

Au niveau des projets forts que nous soutenons,
- La mobilité des lycéens via ADN-AEFE qui organise les échanges d’élèves de seconde pour un trimestre ou une année scolaire entre établissements du réseau et en France :15 établissements pilote en 2017-2018, ouverture maximale à partir de septembre 2018.
- La plateforme ALFM (Anciens des lycées français dans le monde) lancée en novembre 2017, à but social , convivial et professionnel compte déjà plus 3500 inscrits.

Les annonces faites sont intéressantes. Elles vont dans le bon sens. Mais est-ce là cependant toute la réforme ? Et alors que l’AEFE dit vouloir associer davantage les parents, quand ceux-ci seront-ils enfin consultés ?

22 mars 2018

Point sur l’aide à la scolarité

Bilan de la campagne 2017-2018 : 25 350 boursiers dans les pays du rythme nord et 1 649 boursiers sur le rythme sud pour un total de 105 M€.
Plus de 34% de boursiers à 100% .

Crédits ouverts pour 2018 : 110 M€.
On observe une diminution légère mais réelle du nombre de demandes de bourses. L’augmentation du coût des scolarités freine de plus en plus de familles à revenus médians dont le reste à payer constitue une charge trop importante. Elles se tournent vers le système local (familles binationales).
Le coût moyen d’un boursier est passé de 3 900€ en 2016-17 à 4 064 € en 2017-18.

Dans cette enveloppe globale de 110M€, 300 000€ sont prévus pur la prise en charge des AESH (Accompagnants d’élèves en situation de handicap). Seuls les boursiers ont droit à cette prise en charge mais elle sera de 100% de la rémunération de l’AESH, quelle que soit leur quotité de bourse.

21 mars 2018

L’avenir de l’Enseignement français à l’étranger

C’est un engagement financier de l’Etat qui accompagne l’engagement des parents d’élèves.

L'avenir de l'Enseignement français à l'étranger

Le président de la FAPEE, invité du JT : (Lien vidéo)

19 mars 2018

Les préoccupations des parents d’élèves du réseau

Les questions et réflexions portées par la FAPEE et ses APE membres

Les préoccupations des parents d'élèves du réseau

Les préoccupations des parents d’élèves du réseau qui sont relayées par Avenir des Lycées Français du Monde en Danger sont tout à fait légitimes :
- Oui, il est essentiel de préserver un taux d’encadrement de titulaires qui assurent la qualité de l’enseignement.
- Oui, l’implication budgétaire de l’Etat Français est une condition essentielle pour accompagner la croissance du réseau.

Ces questions sont portées par la FAPEE et les 180 APE membres de notre fédération dans toutes les instances dont nous sommes parties prenantes (les Conseils d’établissements, les Commissions de Bourses, le Conseil d’administration de l’AEFE).

Mais le problème est quand même un peu plus complexe.

Il est vrai que depuis 2015 la subvention budgétaire de l’Etat Français à l’AEFE est en baisse continue alors même que le réseau est en croissance, et cette baisse a été unanimement dénoncée par les syndicats enseignants, la FAPEE, les parlementaires des français de l’étranger. Mais nous nous sommes toujours heurtés au "mur" de l’orthodoxie de réduction du (réel) déficit budgétaire de la France imposé par Bercy.

La première réponse a été une hausse des frais de scolarité qui représentent aujourd’hui plus de 60% des ressources budgétaires du réseau (EGD et établissements conventionnés). Rapidement l’AEFE a elle même tempéré cette hausse car elle avait un effet induit sur le budget des bourses lui-même contraint. D’où la réforme du système de bourse de 2013.

Mais aucun gouvernement n’avait jusqu’alors osé s’attaquer à une analyse en profondeur du fonctionnement du réseau malgré les mises en garde de plusieurs rapports de la Cour des Comptes, de rapports parlementaires et des interventions régulières de la FAPEE lors des CA de l’AEFE.

Aujourd’hui que se passe-t-il ?

L’année dernière, Bercy a amputé de 33 millions le budget de l’AEFE prévu pour 2017 car ils avaient découvert des réserves de trésorerie suffisantes dans les EGD pour finir l’année. Les fonds de réserve des EGD sont considérés comme de l’argent public puisque les comptes sont agrégés à ceux des services centraux.

Pour 2018 et 2019, le budget de l’AEFE est préservé à peu près à son niveau initialement prévu en 2017 (insuffisant selon nous mais au moins sanctuarisé, c’est une première), avec une obligation budgétaire pour l’AEFE de présenter un budget en équilibre pour ses services centraux.

Et c’est bien cela qui fait aujourd’hui surgir des problèmes budgétaires qui ont longtemps été mis de côté et parmi eux :
- en premier lieu le financement de la pension civile (cotisation retraite) des enseignants titulaires de l’Education nationale dont l’enveloppe n’a pas été réévaluée depuis de nombreuses années (il manque environ 50 M€)
- des remontées de trésorerie depuis les établissement de certains pays vers l’AEFE bloqués par des contraintes de contrôle des changes auxquelles personne ne s’était alors attaqué.

Parce que les signaux d’alerte n’avaient pas été pris en compte assez tôt, l’AEFE a répondu en urgence par des mesures drastiques pour son budget 2018, mesures auxquelles la FAPEE ainsi que les syndicats enseignants et les parlementaires siégeant au CA se sont opposés (la suppression de 500 postes sur 3 ans et la hausse de la participation financière des établissements vers l’AEFE).
Lire la déclaration liminaire de la FAPEE au Conseil d’administration de l’AEFE du 27/11/2017

La FAPEE a interpellé dès le mois de juillet 2017 le Président de la République pour l’alerter sur les conséquences de ces mesures budgétaires prises dans l’urgence et nous avons été entendus en partie puisque nous sommes aujourd’hui engagés dans une réflexion de fond sur la réforme du réseau que le Président de la République veut implanter pour 2020.

Les premières pistes privilégiées par la FAPEE sont les suivantes :

  • prise en charge par le budget de l’Etat de la totalité des pensions civiles des titulaires détachés à l’AEFE (le retour de ces titulaires au Ministère de l’Education ne règlerait pas le problème budgétaire de l’Etat)
  • changement de statut de l’AEFE et/ou mise en place d’un fonds immobilier pour permettre le recours à l’emprunt et le développement immobilier du réseau
  • participation des parents d’élèves à l’élaboration du budget dans les EGD
  • réel partenariat AEFE/ comités de gestion de parents dans les établissements conventionnés
  • développement des partenariats éducatifs dans les pays européens
  • amélioration du statut des enseignants avec la fin de la période de "faux résident" mais aussi avec une réelle mobilité et un rééquilibrage des rémunérations entre expatriés et résidents
  • une politique ambitieuse de formation certifiante des recrutés locaux

Les lycées français dans le monde font une place particulière aux parents d’élèves et vous êtes souvent impliqués au quotidien dans la vie des établissements. Il s’agit maintenant d’apporter votre contribution à l’avenir du réseau. Les APE affiliées à la FAPEE participent à cette réflexion pour élaborer un vrai projet réforme, apportez votre contribution.

Notre page Facebook
Ecrivez-nous

Xavier Gonon
Président

18 mars 2018

Un très grand BRAVO à l’APL du lycée Charles de Gaulle à Londres

Un très grand BRAVO à l'APL du lycée Charles de Gaulle à Londres

Cette année encore, le Gala de l’Association des Parents du Lycée français Charles de Gaulle a été un franc succès, avec plus de 470 personnes présentes lors de ce diner de fundraising.

"La campagne 2017 nous a permis de faire un don de plus de £90,000 à l’établissement, via notre charity Friends of the Lycee, pour participer à des projets de rénovation et d’achat d’équipements pour l’ensemble des élèves," précise une organisatrice de l’évènement.

"Nous avons également pu, via notre deuxième charity l’APL Welfare Fund, aider des familles rencontrant des difficultés financières et ainsi permis à

Plus de 60 enfants de poursuivre leur scolarité dans l’établissement,
• Plus de 35 enfants de partir en voyage scolaire avec leur classe,
• Des élèves ayant des besoins éducatifs particuliers d’être soutenus grâce à une participation au financement de leur AVS ou à l’achat de matériel spécifique."

L’APL travaille également en relation avec le Dispensaire Français, pour aider les familles traversant des difficultés financières et ayant besoin de rencontrer des médecins, psychologues, orthophonistes de façon ponctuelle ou à plus long terme.

10 mars 2018

Appel à projets APE

Le développement durable

En vue d’une future audition par l’Assemblée des Français de l’Etranger, la FAPEE fait appel aux Associations de Parents d’Elèves du réseau pour connaître et valoriser leurs projets locaux en matière de développement durable.

Appel à projets APE

Plusieurs APE non gestionnaires nous ont déjà fait part de leurs actions, connues (récoltes de bouchons en plastique, vieux téléphones et piles ; bourse aux livres ; plateforme de partage de conduites (Bruxelles) ; club d’éducation au développement durable qui apporte une contribution concrète à la vie d’une communauté pauvre locale (HCMVille) ; potager urbain dont les récoltes sont utilisées à la cantine (Sao Paulo)..) ou plus insolites (concours des moyens de transports « doux » ; campagne de communication « Zéro gâchis » faite avec un casting « élèves » (Sao Paulo) ; l’achat d’une ruche didactique accompagné de séances menées par un parent d’élève apiculteur (Milan)..) et l’APE du lycée franco-hellénique organise une Semaine de l’environnement en avril prochain suivie de la Fête de printemps de l’APE !

Côté Parents Gestionnaires, nous notons un bel exemple au Lycée Pasteur de Lagos qui met l’environnement au cœur de son projet immobilier : « la construction d’un bâtiment à haute efficacité énergétique, une grande autonomie énergétique avec 60% de solaire et une certification LEED à la clé. »

Ces projets sont, bien entendu, menés le plus souvent avec la coopération/coordination de l’administration et de l’équipe enseignante de l’établissement.
Bravo à Tous pour ces beaux gestes collectifs en faveur de notre planète !!

Si vous souhaitez partager aussi vos actions « vertes » : Contactez-nous

9 mars 2018

Les parents de la FAPE OSUI au Maroc

Les parents du bureau de la FAPE OSUI qui fédère les établissements d’enseignement français relevant de la Mission Laïque Française au Maroc (lycées d’Agadir, Massignon à Casa, Malraux à Rabat, El Jadida, Essaouira, Dakhla, Majorelle à Marrakech et Tanger) ont tenu à Casablanca leur assemblée générale samedi 17 février. Le coordonnateur de la FAPEE au Maroc, monsieur Younès Elhimdy y participait.

|