Vie des associations

Le bénévolat

Le bénévole est un acteur essentiel de la société civile : il met à disposition une partie de son temps, mais aussi sa capacité à remplir une mission, donc ses compétences.

La question de la reconnaissance et de la valorisation du bénévolat est importante pour toutes les associations mais aussi pour toutes les personnes qui s’impliquent avec compétence et énergie dans une démarche associative.

Le Passeport Bénévole

Le Passeport Bénévole est un support écrit qui vous permet de conserver une trace précise de vos missions bénévoles et de l’expérience que vous en avez tirée. Vous pouvez les faire reconnaître et valoriser au titre de la validation des acquis de l’expérience (VAE), servant soit à acquérir des crédits dans le cadre de la réforme de l’enseignement supérieur européen fonctionnant désormais par European credits transfer system (ECTS), soit comme qualification pour évoluer professionnellement.

  • Les fiches du Passeport Bénévole ont été agréées par l’AFPA, et l’Education Nationale et sont utilisables dans le cadre de la Validation des Acquis de l’Expérience (VAE) de l’ANPE. Retour ligne manuel
  • Le Passeport Bénévole peut être utilisé dans le cadre de la VAE

Lien vers le site du passeport bénévole

modèle Attestation d’activité bénévole

PDF – 103.1 ko


La validation des acquis de l’expérience (VAE)

L’accompagnement à distance, un outil clé
...
La VAE est une démarche individuelle mais pas solitaire. Si l’accompagnement n’est pas obligatoire, ni un gage de réussite, il y contribue largement. Les expatriés intéressés peuvent envoyer un CV détaillé (incluant les périodes de stage et de bénévolat) via la page contact du DAVA de Versailles. Ils recevront une réponse personnalisée et seront guidés à travers l’ensemble des étapes du dispositif.

Le plus gros du travail est la constitution d’un « dossier d’expérience », en vue de la soutenance face au jury. Il s’agit de mettre en mots dans une « mini thèse » les compétences acquises par l’expérience et de les compléter par des recherches théoriques. « Comme nous connaissons bien les référentiels du titre visé et ce qui est attendu par le jury, nous prenons le temps d’aider les candidats sur la logique et la formulation. Ce travail d’introspection est un bon moyen pour préparer l’oral, car les personnes apprennent à expliquer et défendre leur projet », nous dit Mme Papion. Le passage devant le jury (dont la réalisation à distance n’est pas encore généralisée) conditionne la validation du diplôme présenté.

L’accompagnement à distance se fait sur plusieurs sessions : 24h au total, pour un coût moyen de 1.500 euros. Depuis la demande de recevabilité jusqu’au jury, le processus dans son ensemble dure entre 9 et 16 mois.
...

extrait tiré du Petit Journal https://lepetitjournal.com/expat-em...

Valorisation des contributions volontaires
Pourquoi valoriser ?
Rendre visible le bénévolat contribue à évaluer l’importance des ressources que les associations sont capables de mobiliser.

Une donnée capitale à l’heure où les associations sont invitées à être de plus en plus transparentes, notamment vis-à-vis des financeurs.

Certes, l’enregistrement des contributions des bénévoles dans les comptes annuels de l’association n’est pas obligatoire. Toutefois, bien que ces contributions soient effectuées à titre gratuit, elles n’en demeurent pas moins une valeur économique justifiant de les faire figurer dans les documents comptables et financiers de l’association.

Les associations ont donc tout intérêt à faire apparaître la contribution volontaire dans leur comptabilité pour une meilleure visibilité de leur dynamisme, de leur activité réelle et du volume de travail consacré à telle ou telle action.

La valorisation comptable du bénévolat démontre également l’apport effectif et non négligeable que fournit l’association par rapport aux subventions demandées. De même, l’importance des contributions volontaires en nature peut servir pour justifier le caractère désintéressé de l’association.
Enfin, en ce qui concerne les associations soumises à l’obligation d’établissement de comptes annuels, les contributions volontaires présentant un caractère significatif doivent faire l’objet d’une information dans l’annexe de ses comptes.

Contribution volontaire
La contribution volontaire est l’acte par lequel une personne physique ou morale apporte à une autre un travail, des biens ou d’autres services à titre gratuit. L’existence fréquente des contributions volontaires bénévoles constitue une originalité et une réalité significative du secteur associatif.
Il s’agit des contributions suivantes :

  • contribution en travail : des personnes extérieures à l’association ou des membres de celle-ci assurent bénévolement un travail normalement assuré par du personnel salarié ;
  • contribution en biens : ce sont généralement des marchandises obtenues gratuitement par l’association ;
  • contributions en services : l’exemple le plus fréquent est celui de la mise à disposition gratuite de locaux et de matériels ; il peut s’agir aussi de fournitures gratuites de moyens de transport, de téléphone, de service de photocopies, voire de force de police, le plus souvent par une commune, en cas de manifestation sur la voie publique, etc.

Conséquence de la valorisation
La valorisation des contributions volontaires effectuées à titre gratuit n’a aucune incidence sur le résultat comptable de l’association, mais a pour but de donner une image fidèle des activités et du patrimoine de celle-ci. Ainsi, les contributions volontaires sont un élément essentiel de la spécificité des associations et présente un intérêt pour :

  • démontrer, par la valorisation d’apports importants, l’autofinancement d’une partie de l’activité, le financement public se trouvant de fait atténué ;
  • souligner le dynamisme d’une association en mettant en évidence sa capacité à mobiliser des bénévoles et des prestations gratuites en nature ;
  • évaluer le poids financier du bénévolat, des dons et services en nature ;
  • identifier la dépendance au bénévolat, et en cas de diminution de cette aide, évaluer le besoin de financement supplémentaire.